L'Etranger

En janvier 1955, dernière interview d’Albert Camus:« J’ai résumé L’Étranger, il y a longtemps, par une phrase dont je reconnais qu’elle est très paradoxale : «Dans notre société tout homme qui ne pleure pas à l’enterrement de sa mère risque d’être condamné à mort. » Je voulais dire seulement que le héros du livre est condamné parce qu’il ne joue pas le jeu. En ce sens, il est étranger à la société où il vit, où il erre, en marge, dans les faubourgs de la vie privée, solitaire, sensuelle. Pourquoi ?La réponse est simple : il refuse de mentir. »

Le célèbre roman d’Albert Camus met en scène un personnage-narrateur, Meursault. Il reçoit un télégramme lui annonçant que sa mère vient de mourir. Meursault n’éprouve rien. Après l'enterrement, il décide d'aller nager, et rencontre une femme. Meursault n’éprouve rien. Plus tard, il marchera seul sur la plage. Il sort de sa poche un revolver et tue un homme, d'un coup de revolver, puis encore de quatre autres coups. Meursault n’éprouve rien.

Mais tout cela est certainement inimaginable aujourd’hui …

Liberté, révolte et passion est la devise d’Albert Camus. L’art du comédien n’en supporte aucune autre. Comme le personnage du roman, un acteur sur un plateau « accepte les choses telles qu’elles sont et ne voit pas l’intérêt de mentir aux autres ou à lui-même ». Pour cette nouvelle création du Grenier de Toulouse, Laurent Colombert ira seul à la rencontre de cet homme étrange, nu et assassin.

Durée : 1h30

Mise en scène Stéphane Batlle

Avec Laurent Collombert