Archives

Saison 2018/2019

Saison 2017/2018

Saison 2016/2017

Saison 2015/2016

Saison 2014/2015

Saison 2013/2014

Qui a peur de Virginia Woolf ?

Attention ! Cette pièce est une bombe. Dès l’ouverture du rideau, elle explose ! Et les réactions s’enchaînent inexorablement. Il est deux heures du matin, Georges et Martha prennent en otages leurs jeunes invités : qui a peur du grand méchant couple ?

Biographie de la faim

test

Dans Biographie de la faim, Amélie Nothomb raconte les vingt premières années de sa riche existence, traversant les continents au gré des mutations d'un père diplomate : le Japon, la Chine, New-York, l'Europe, le Bangladesh, le Laos...

Beaucoup de bruit pour rien (2013)

Ce sont à des noces sublimes que nous convie Shakespeare dans cette célèbre comédie ! Un banquet de rire, d'énergie et de musique où les amours mortes ressuscitent, où les désirs retrouvent toujours leur équilibre entre vengeances et trahisons, où des voisins pouilleux et délirants s'invitent à la fête. En un mot, où les hommes et les femmes se livrent, à coeur ouvert, des combats incessants comme préliminaires à leurs parades nuptiales !

Un fil à la patte

Le fil, c'est Lucette, la diva... la patte, c'est celle de Fernand, le charmant noceur. Ils s'adorent mais Fernand doit rompre car il va signer, l'après-midi même, son contrat de mariage avec Viviane, jolie jeune fille et jolie dot.

L'Etranger

Du 30 mars au 3 avril 2016

A L'Escale de Tournefeuille.
Du mercredi au samedi à 20h30, le dimanche à 16h.

Saison 2012/2013

Oscar et la dame rose

« Cher Dieu,

Je m’appelle Oscar, j’ai dix ans, j’ai foutu le feu au chat, au chien, à la maison, (je crois même que j’ai grillé les poissons rouges) et c’est la première lettre que je t’envoie parce que jusqu’ici, à cause de mes études, j’avais pas le temps ».

L'Etranger

En janvier 1955, dernière interview d’Albert Camus:« J’ai résumé L’Étranger, il y a longtemps, par une phrase dont je reconnais qu’elle est très paradoxale : «Dans notre société tout homme qui ne pleure pas à l’enterrement de sa mère risque d’être condamné à mort. » Je voulais dire seulement que le héros du livre est condamné parce qu’il ne joue pas le jeu. En ce sens, il est étranger à la société où il vit, où il erre, en marge, dans les faubourgs de la vie privée, solitaire, sensuelle. Pourquoi ?La réponse est simple : il refuse de mentir. »